Nous pouvons utiliser des cookies et avoir besoin d'accéder à certains paramètres de votre navigateur. Cliquez sur le bouton suivant si vous acceptez nos conditions de protection des données selon le règlement UE 2016/679 (GDPR). Nous ne demandons ni ne stockons aucune de vos données personnelles lorsque vous utilisez notre site Web de manière régulière.

Details >

    


Une fraude à Munich


En 2002, le fondateur de Wirecard, M. Hoppenrath, a déposé une plainte auprès du parquet de Munich pour vol de propriété intellectuelle. Il soupçonnait des initiés de la société d'être responsables du vol d'ordinateurs portables importants appartenant à Marsalek et Braun. Cette saisine n'a donné lieu à aucune inculpation.
En 2008, le blogueur "memyselfandi007" de Wallstreet-Online a fait état d'irrégularités financières suspectes chez Wirecard, ce qui a conduit la société à déposer un dossier pénal auprès du parquet de Munich, qui a ensuite inculpé des membres de l'agence allemande de protection des actionnaires (SdK) au lieu d'enquêter sur la fraude chez Wirecard.
En 2010, les procureurs de Munich ont enquêté sur Wirecard dans le cadre d'une affaire de blanchiment d'argent en Floride (GoMoPa) à laquelle participait la filiale britannique de Wirecard. Les enquêtes n'ont eu aucun impact sur l'implication évidente de Wirecard UK dans cette affaire.
En 2015, le département de police de Munich a commencé à enquêter sur Wirecard pour son engagement dans des activités de jeu illégales par le biais de son service Click2Pay. Un procureur de Munich a classé l'affaire, déclarant qu'il n'y avait "aucun fondement pour enquêter" sur Wirecard.
En 2016, les procureurs de Munich ont ouvert des enquêtes pénales contre les auteurs du rapport Zatarra, qui détaillait une fraude financière massive entourant le rachat par Wirecard des sociétés indiennes "GI Retail" et "Hermes I-Tickets". Deux ans plus tard, les éditeurs du rapport Zatarra ont été condamnés en 2018 à une amende par les procureurs de Munich.
Début 2019, l'autorité de régulation bancaire allemande BaFin a émis une interdiction des vendeurs à découvert pour les actions Wirecard pendant 8 semaines. Dans le même temps, les procureurs de Munich ont ouvert des enquêtes criminelles non pas sur Wirecard, mais contre les journalistes d'investigation du Financial Times pour avoir rendu compte de manière véridique de la fraude financière de Wirecard.
Dès 2008, le fournisseur de cartes de crédit MasterCard a infligé une amende de 10 millions de dollars à Wirecard pour avoir traité des transactions de jeux d'argent sous des codes erronés. Deux ans plus tard, MasterCard a de nouveau mis en garde l'unité bancaire de Wirecard. Début 2019, la Commerzbank a transmis 343 transactions potentielles de blanchiment d'argent chez Wirecard à la CRF allemande, qui en a également transmis certaines aux procureurs de Munich.
Début février 2019, la police de Singapour a effectué une descente dans les bureaux de Wirecard en Asie-Pacifique. Deux semaines plus tard, les avocats de Wirecard ont remis un affidavit douteux aux procureurs de Munich, affirmant que le Financial Times aurait offert 6 millions d'euros à Bloomerg News pour qu'il publie son "histoire". L'affidavit a été transmis par les procureurs de Munich à l'autorité de surveillance financière BaFin, qui l'a expliqué en détail lors d'une conversation téléphonique.
Début 2020, les procureurs de Munich ont rencontré le personnel de l'administration fiscale locale qui leur a présenté les détails de la fraude financière de Wirecard. Les procureurs ont une nouvelle fois refusé d'ouvrir une enquête sur l'entreprise.
Au centre de la fraude de Wirecard apparaît la société d'audit financier Ernst & Young (EY), qui a signé trop facilement les audits financiers de Wirecard à partir de 2015. EY a refusé de témoigner des bilans de 2019 seulement au début de 2020. Le parquet de Munich n'a commencé à enquêter sur EY qu'en décembre 2020, soit environ six mois après la découverte de la disparition de 1,9 milliard d'euros.




Recommandé:

Retour à la page Wirecard

A propos des racines du prestataire de paiement allemand insolvable

Les tribunaux royaux de Wirecard

A propos d'un procès de Wirecard et de la physique quantique

Conseillers Brillants

À propos des auditeurs financiers de Wirecard et le jeu d'échecs

Carte de Bavière

A propos d'un poker Germanic Wirecard

BaFin le treizième

Une journée du 13 avril au comité d'enquête Wirecard

Un Serveur Espagnol

À propos de Scytl et d'un ordinateur électoral à Francfort

Le Coup Démagog du Presse

À propos d'un putsch journalistique autrichien d'Allemagne

Une grève bondée

À propos de Crowdstrike et des analyses informatiques mal menées


© 2022 Sun24 News - Tous les droits sont réservés

Crédits vont à ipstack.com

Évaluez cet article
    
Merci !
o laissez un commentaire
Envoyer